En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre entité ainsi que par des tiers afin de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts, la possibilité de partager des articles sur les réseaux sociaux, et la réalisation de statistiques d'audiences.

Plus d'informations sur les cookies

Drapeau français flottant

OK
Votre mairie
Maire : 
Jocelyne REYNAUD-LEGER  
Mairie : 
64 Grande Rue
Tél : 01 34 76 30 71
Fax : 01 34 76 40 52
  
Secrétariat :
Christel-Ange DAUGROIS
Stéphanie CHAUMEAUX
 
Horaires de mairie :
Lundi        : 16h-19h
Mardi        : 16h-18h
Jeudi        : 16h-19h 
Vendredi  : 16h-18h
 

<Calendrier>
Décembre 2018
94778 visites
11 novembre 2018

Cérémonie du 11 Novembre

11 Novembre 1918  /  11 Novembre 2018 :        un siècle d'histoire, 

Comme tous les ans les anciens combattants se sont réunis autour de maires de Vert, Boinvilliers et Villette devant le monument aux morts pour honnorer la mémoire de tous ces valeureux soldats tombés sur les champs de bataille. 

" MORT POUR LA fRANCE " Combien de fois cette phrase a t'elle été prononcée en ce jour de commémoration ?

Après la lecture de la lettre du président de la république et celle des anciens combattants la cérémonie de commémoration s'est terminée par la lecture par les enfants présents d'une lettre qui résume en quelques lignes une partie des conséquences de cette  horreur.

On avait dit " plus jamais, plus jamais "  et pourtant !!

 En voici le texte  :      FERMETURE de Jean Pierre GUENO.

Vous étiez huit millions de mobilisés en 1914 et 1918 et parmi vous un million et demi de jeunes hommes ne revirent jamais le clocher de leur village natal; sans compter ceux d'entre vous qui, affaiblis par des années de guerre, furent fauchés par la grippe espagnole après l'armistice.

Tel est l'effroyable bilan en pertes humaines de la Première Guerre Mondiale en France: 10% de la population active, un combattant sur six, 27% des hommes de moins de vingt-huit ans. Vos noms sont gravés dans la pierre froide des monuments aux morts de nos villes et de nos bourg. 

Et quand l'église s'est tue, quand l'école est fermée, quand la gare est close, quand le silence règne dans ces bourgs qui sont devenus des hameaux il reste ces colonnes de mots rangés par ordre alphabétique, ces listes de noms et de prénoms qui rappellent le souvenir d'une France dont les campagnes étaient si peuplées.

Mais, il y eut aussi un million trois cent mille mères qui ne retrouvèrent pas leurs fils et six cent trente milles veuves de guerre qui durent élever plus de sept cent mille orphelins de père...

Et lorsque par chance les femmes retrouvèrent leur mari, les mères leurs fils, les filles leur père, les choses ne furent pas forcément plus reluisantes. Elles durent choyer six cent mille invalides de guerre dont soixante mille amputés. Les trois millions d'hommes blessés recensés dans les statistiques n'incluaient pas les blessures psychiques et morales : celles qui firent parmi vous - poilus, mères, veuves, femmes, enfants de poilus - des centaines de milliers de dépressifs, d'alcooliques, de polytraumatisés de la guerre et de ses cauchemars ...

La MARSEILLAISE a ponctué cette cérémonie et tous se sont dirrigés vers la salle polyvalente pour partager le  pot de l'amitié .  

a3w.fr © 2018 - Informations légales - www.vert-vaucouleurs.fr